Comunidad Budista Sotozen

Imagen relacionada

Chant du coeur de la confiance

En 1988 j'ai traduit du français en espagnol la version et les commentaires de mon maître Taisen Deshimaru du Shin Jin Mei. Taisen Deshimaru utilisa les commentaires de son maître Kodo Sawaki, fortement inspirés de ceux de Keizan Jokin. C'est pour cette raison que les commentaires de maître Deshimaru contiennent de grands paragraphes du Shin jin mei nentei de Keizan Jokin. C'est une très belle édition avec des calligraphies de la main même de maître Deshimaru et des commentaires clairs et complets.

Depuis lors je n'ai pas cessé d'étudier cette œuvre. Mu par mon insatiable curiosité, j'ai trouvé le texte original en chinois. Je me suis proposé de recommencer à le traduire directement depuis sa langue originale. Vingt années ont passé entre l'édition de la traduction commentée de mon maître et celle que je présente maintenant. Il m'a fallu beaucoup de temps. J'ai traduit un à un les 584 idéogrammes chinois qui composent le texte original. Ma traduction doit beaucoup à celle de mon maître car sans l'éclairage de ses commentaires il m'aurait été impossible de percer la signification de chaque idéogramme et de me décider pour l'une des multiples possibilités offertes pour chacun d'ente eux. J'ai utilisé la version chinoise trouvée dans les grottes de Dunxuan divulguée en Europe par le professeur Dusan Pajin dont l'étude académique sur le  Xìn Xîn Ming est la plus complète et rigoureuse de toutes celles publiées dans une langue occidentale. Ma présente traduction doit beaucoup au travail du Docteur Pajin. J'ai également utilisé la version française réalisée par L. Wang et J. Masui (révisée par le professeur P. Demiéville du Collège de France) que l'on trouve dans l'ouvrage Tch'an-Zen : Racines et fleurs, n°4 de la nouvelle série de la collection Hermes publiée par Les Deux Océans, Paris, 1985. J'ai confronté de nombreuses autres traductions anglaises et françaises, mais ces trois là sont celles qui m'ont semblé les plus cohérentes et proches de l'esprit du Zen.

Avec celles-ci et en partant du texte original chinois j'ai préparé la traduction que le lecteur tient entre ses mains.

Dokushô Villalba

A propos des illustrations:

La présente édition ne serait pas ce qu'elle est sans l'inappréciable contribution de l'oeuvre graphique de ma chère amie Annette Burnotte, artiste belge dont la sensibilité et la maîtrise dans l'utilisation du pinceau nous fait approcher l'esprit classique de la Chine duquel le texte a surgi.