Comunidad Budista Sotozen

Zen et psychosomatique

 Il suffit de pratiquer zazen, c'est à dire de se mettre en posture,  la colonne vertébrale droite, assis sur un coussin rond et épais et complètement immobile dans un lieu tranquille et silencieux. On respire lentement, profondément et on laisse ainsi l'esprit agité se tranquilliser et s'éclaircir. Les effets bénéfiques de cette posture se feront rapidement sentir : les préoccupations quotidiennes cesseront de nous inquiéter, s'éloigneront et finalement apparaîtront pour ce qu'elles sont : des petites vagues insignifiantes à la surface de nous mêmes. Petit à petit l'angoisse se transforme en sécurité, l'inquiétude permanente en un calme auparavant inconnu qui est l'annonce d'une profonde sérénité. Et commence à se manifester une sensation de légèreté, d'équilibre récupéré.

C'est réellement ce qui se passe et qu'ont effectivement confirmé des docteurs de l'Université de Tokyo, d'Europe et d'Amérique qui ont examiné les effets physiologiques de zazen sur des pratiquants en méditation. Le contrôle de la respiration modère et apaise le rythme cardiaque, régule la circulation et fait diminuer la tension nerveuse. L'expiration profonde de zazen expulse des poumons les résidus de gaz carbonique qui y stagnent habituellement, générant nervosité et anxiété. Le degré d'acide lactique du sang, facteur d'agressivité, baisse sensiblement tandis que le fait d'étirer la colonne vertébrale lui fait retrouver sa souplesse et libère les contractions nerveuses.

Enfin et surtout, le fonctionnement du cerveau se modifie très sensiblement en passant de l'activité des couches superficielles aux plus profondes. Les ondes alpha apparaissent rapidement ce qui génère un état de conscience complètement différent de celui de la vie quotidienne, à la fois plus relâché et plus perspicace, plus sensible et éveillé. Mais il faut préciser qu'il ne s'agit en aucune façon d'un état anormal ou extatique mais, au contraire, d'un retour aux conditions naturelles et normales du fonctionnement physico-psychique de l'être humain. Les personnes pratiquant régulièrement zazen ont ainsi le sentiment de reprendre possession d'eux-mêmes, de retrouver, au delà des crispations et des distorsions, une situation originelle, primitive, qui devrait être celle de tout homme.