Comunidad Budista Sotozen

Zen et arts martiaux

Mais, comment peut-on parvenir à être fort et sage à la fois ? Par la Voie du Zen et des Arts Martiaux Traditionnels. Le Zen a toujours enseigné les deux Voies en une seule : développement de la force et de la sagesse. Les deux aspects sont nécessaires et interdépendants.

Développer uniquement de la force conduit à l'abrutissement, à la compétition et à l'orgueil. De nombreux problèmes et difficultés proviennent de cette attitude unilatérale. D'autre part, la sagesse sans la force est inefficace et ne peut ni nous transformer ni agir sur le monde.

Dans les Arts Martiaux Traditionnels on développait la force nécessaire et en même temps la sagesse pour contrôler et diriger cette force vers une dimension élevée. Cette dimension ne peut être autre chose que la connaissance de soi même, de son corps et de son esprit, de devenir intime avec soi même.

Les Arts Martiaux modernes sont en général très éloignés de leur esprit originel. Ils se sont convertis, de nos jours, en un sport, en une compétition, et leurs pratiquants sont loin de l'esprit et de l'idéal du Bushido (chemin du guerrier) authentique.

Lorsque l'enseignement du Zen et l'esprit du Bushido arrivèrent au Japon, le pays était impliqué dans de continuelles luttes sanglantes entre ses différents clans et fiefs. Progressivement le Zen et l'esprit des arts martiaux traditionnels chinois réussirent à « arrêter le sabre » et à le convertir en un support de méditation et d'introspection. C'est ainsi qu'apparut le kendo, l'escrime japonaise. Quant à l'arc et la flèche, son objet cessa d'être le cœur de l'« ennemi ». La cible perdit son importance et la véritable cible devint, depuis lors, notre propre esprit illusoire et limité par les conceptions étroites de notre personnalité. Ainsi naquit le kyudo, la voie du tir à l'arc.

L'intimité permet de contrôler le corps et l'esprit et nous fait dépasser la personnalité étroite, l'ego, et leurs pulsions et soifs de conquérir et de vaincre les autres.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le secret du kendo, la voie du sabre, est de ne jamais dégainer le sabre, mais de développer une force et une sagesse spirituelle capables de deviner à l'avance la probabilité du combat et d'éviter que cette probabilité se réalise.

L'essence des Arts Martiaux et du Zen est « ne pas combattre », et de s'éveiller au tronc commun qui nous unit à toutes les existences de l'univers.