Comunidad Budista Sotozen

Imagen relacionada

Comment s´asseoir

L'origine du zafu remonte au Bouddha Shakyamuni. Il est dit qu'avant de s'immobiliser en zazen le Bouddha se fabriqua un coussin d'herbes sèches afin de pouvoir basculer le pelvis vers l'avant et appuyer avec force les genoux sur le sol. De cette façon on obtient une posture stable et une courbe lombaire juste. Le zafu ne doit jamais être poussé du pied, ni jeté, ni maltraité.

Quand nous arrivons devant le zafu nous saluons avec les paumes des mains jointes à la hauteur de la poitrine (gassho), manifestant ainsi notre respect vers le lieu dans lequel nous nous transformerons en Bouddha, et, après avoir contourné le zafu par la gauche, nous nous plaçons devant notre zafu, face au mur.

Nous nous asseyons sur le zafu tranquillement, sans précipitation et sans nous laisser tomber comme un poids mort. Nous contrôlons les mouvements qui nous conduisent de la position debout à la position assise. Nous nous asseyons juste au centre du zafu, ni trop à gauche ni trop à droite, ni trop à l'avant ni trop à l'arrière. Il y a deux postures possibles : lotus ou demi lotus.

L'essentiel pour zazen est que les genoux s'appuient fortement sur le sol et les fesses sur le zafu. Ce triangle est la base de la posture de zazen. Si ce n'est pas possible d'adopter ces postures au début, on doit consulter un maître ou un instructeur.

Une fois cette position des jambes bien prise nous devons étirer complètement la colonne vertébrale, étirer la nuque et rentrer le menton. Les poings fermés sur les pouces nous plaçons ceux-ci sur les genoux, tournés vers le haut et nous nous balançons de gauche à droite, sept ou huit fois. Nous commençons avec une oscillation de forte amplitude et peu à peu la diminuons, comme un pendule, jusqu'à trouver une verticalité parfaite.

 

Texte extrait du livre “Qu'est-ce-que le Zen? Introduction pratique à la méditation Zen”, de Dokushô Villalba. Editions Miraguano, ISBN: 978-84-7813-286-4. Tous droits réservés.