Comunidad Budista Sotozen

Imagen relacionada

La respiration

Comme nous avons dit auparavant, il faut, au début de zazen, inspirer plusieurs fois par le nez et expirer par la bouche. A partir de là la respiration doit devenir complètement silencieuse et nasale. Beaucoup de débutants me demandent: "Est-ce-que je dois contrôler ou forcer ma respiration?" Ma réponse est toujours: "On ne peut contrôler que ce que l'on connaît intimement". La première chose qu'un débutant doit faire c'est d'observer attentivement sa respiration et devenir intime avec elle.

Les parties du corps les plus importantes qui agissent directement sur la respiration sont: la cage thoracique, les muscles dorsaux, les muscles pectoraux, le diaphragme, les muscles intercostaux et les muscles abdominaux.

Selon le niveau d'implication de ces parties, nous pouvons dire qu'il existe essentiellement trois types de respiration:

A. Pulmonaire.

C'est la plus superficielle de toutes. L'inspiration prédomine sur l'expiration. C'est la respiration des personnes excitées et excitables. Dans cette respiration interviennent la cage thoracique, les muscles pectoraux et, plus faiblement, le diaphragme.

B. Diaphragmatique.

L'expiration devient maintenant plus profonde grâce à la pression que les muscles intercostaux exercent sur la cage thoracique, en la vidant un peu plus. Cette respiration suppose un diaphragme flexible, lequel requiert un certain relâchement des muscles dorsaux. Mon expérience dans le dojo m'a permis de vérifier que la majorité des personnes, à l'époque moderne des grandes villes, arrivent avec un diaphragme rigide qui empêche une expiration longue et profunde. Le premier pas consiste donc à relâcher la tension du diaphragme.

C. Abdominale.

Dans la respiration abdominale la vague musculaire provoquée par la pression exercée par la cage thoracique sur le diaphragme, continue à son tour sur les muscles abdominaux. Cette respiration suppose une grande vidange des poumons et par conséquent une plus grande quantité d'air neuf inspirée. Dans cette respiration, l'expiration est plus longue et puissante que l'inspiration. La vague musculaire peut être  prolongée jusqu'au bas-ventre, jusqu'à la zone appelée hara ou kikaitandem (océan d'énergie) en japonais.

C'est la respiration propre à zazen, celle vers laquelle nous devons tendre. Mais il faut faire attention. De nombreux pratiquants se trompent sur ce point, en essayant de forcer une expiration longue et puissante sans comprendre auparavant le mécanisme complet de la respiration. Si, par exemple, le diaphragme est contracté et que nous  essayons de pousser sur les abdominaux, cela provoquera un grand conflit interne dans le corps et dans la conscience, puisque la vague musculaire a été interrompue par le diaphragme alors qu'on exerce une pression sur les abdominaux. Il vaut mieux suivre intimement le parcours de cette vague, ne pas la perturber ni vouloir aller plus vite que son rythme naturel.

Dans tous les cas, la respiration est un point délicat qui nécessite les conseils directs d'un maître zen.

De manière générale, l'inspiration vient naturellement après l'expiration. Avec la pratique on peut  se concentrer sur le développement d'une expiration chaque fois plus longue et plus profonde. Cette expiration développe une grande énergie dans la ceinture abdominale, dans les reins et dans les hanches. Tous les arts martiaux sont basés traditionnellement sur cette respiration.

L'air contient l'énergie du cosmos. Nous recevons cette énergie à travers nos poumons et chacune de nos cellules. Il est donc très importante de savoir respirer. De façon ordinaire, nous respirons de 15 à 20 fois par minute superficiellement étant donné que nous n'utilisons seulement qu'une partie de nos capacités pulmonaires. Une respiration profonde et complète ne s'effectue pas seulement au niveau de la cage thoracique, comme nous avons vu, mais elle doit d'appuyer aussi sur l'abdomen.

Grâce à la pratique de Zazen dans une posture corporelle correcte, cette respiration devient petit à petit habituelle dans notre vie quotidienne et même pendant le sommeil. Cette respiration Zen augmente notre énergie vitale.

Texte extrait du livre “Qu'est-ce que le Zen? Introduction pratique à la méditation Zen”, de Dokushô Villalba.

Editions Miraguano, ISBN: 978-84-7813-286-4. Tous droits réservés.