Comunidad Budista Sotozen

Imagen relacionada

L´immobilité

Une fois la stabilité se la posture assurée ainsi que celle de la verticalité de la colonne vertébrale, nous faisons gasshô (on joint les paumes de nos mains à hauteur du plexus solaire), nous inspirons par le nez et nous nous inclinons en gasshô en même temps que nous expirons par la bouche.

En inspirant nous retrouvons la verticalité et nous disposons les mains de la façon suivante: la main gauche sur la main droite, les paumes vers le haut.

Les pouces se touchent doucement, en formant une ligne parfaitement horizontale. Si la posture des jambes est correcte, les mains s'appuient sur les talons des pieds. Le tonus musculaire des mains est  très important. Avant de nous immobiliser totalement, nous inspirons fortement par le nez et nous expirons par la bouche en vidangeant les poumons de l'air vicié. On répète cette respiration deux ou trois fois. Après cela nous nous immobilisons complètement et nous respirons par le neiz, en silence et avec délicatesse.

Texte extrait du livre “Qu'est-ce que le Zen? Introduction practique à la méditation Zen”, de Dokushô Villalba. Editions Miraguano, ISBN: 978-84-7813-286-4. Tous droits réservés.