Comunidad Budista Sotozen

Quelques erreurs dans la practique de zazen

Effectivement, durant zazen nous pouvons tomber dans deux états pernicieux pour la santé physique et mentale et totalement contraires à l'état éveillé d'un Bouddha.

D'un côté nous pouvons tomber dans un état de relaxation physique et mental caractérisé par une grande activité inconsciente, très proche du sommeil, et par un manque de tonus musculaire. Dans le Zen on appelle cet état konchin. C'est un état de somnolence, de manque de clarté. La vigilance est embuée et la conscience s'abrutit. Le corps perd son tonus, la tête tombe vers l'avant, les pouces s'inclinent et les mains deviennent inertes. La respiration devient rapidement inconsciente et s'abandonne à son propre rythme. Cet état doit être évité. Le meilleur moyen pour cela est de retourner à une posture corporelle juste : étirer la colonne vertébrale, renforcer le tonus musculaire et, en particulier, ne pas laisser les yeux se fermer.

D'un autre côté nous pouvons tomber dans un état de distraction, de dispersion mentale. Dans le Zen on appelle cet état sanran. Il est caractérisé par un tonus musculaire tendu et par une activité mentale très agitée. De nombreuses pensées apparaissent, ainsi que de nombreuses sensations, souvenirs, désirs... C'est l'attitude typique de ceux qui pensent durant zazen. Au niveau corporel, le menton se relève vers le haut, les pouces aussi se crispent et se tendent. Pour éviter cet état nous devons nous concentrer particulièrement sur une expiration longue et douce. Nous devons poser notre attention dans le creux de la paume de la main gauche  et reprendre une posture corporelle juste en général: rentrer le menton et maintenir l'horizontalité des pouces.

En équilibrant notre corps nous pouvons équilibrer notre esprit.

Dôgen Zenji enseigna:

"Le Zazen dont je parle n'est pas l'apprentissage d'une technique de méditation. C'est le Dharma de la Paix et de la Félicité, la Pratique-Réalisation d'un Eveil Parfait. Zazen est la manifestation de la Réalité Ultime. Les pièges et les filets de l'intellect ne peuvent pas le saisir. Une fois que vous avez compris son essence, vous êtes comme le tigre qui entre dans la forêt et le dragon qui pénètre dans l'océan".

Texte extrait du livre “Qu'est-ce-que le Zen? Introduction pratique à la méditation Zen”, de Dokushô Villalba. Editions Miraguano, ISBN: 978-84-7813-286-4. Tous droits réservés.

 

Imagen relacionada